Recensement général de vote : ce que dit la loi

Selon la loi électorale en vigueur au Cameroun, la Commission nationale de recensement général des votes, dans son travail redresse d’éventuelles erreurs matérielles de décompte des votes. Cependant, elle ne peut annuler les procès-verbaux y correspondants. Aussi les membres dressent-t-ils un procès-verbal de toutes leurs opérations. Ainsi, un exemplaire est transmis dans un délai de 5 jours au Conseil constitutionnel. D’après le président de la Commission, Émile Essombé, interviewé par la Crtv « la Commission ne s’occupe pas des remous de surface ». « Nous sommes là pour faire un travail républicain » précise-t-il. Le magistrat rassure de l’effectivité de ce travail dans les délais prescrits par la loi. Dans sa constitution, elle comprend un président, membre du Conseil constitutionnel.  Mais aussi deux magistrats de l’ordre judiciaire, cinq représentants de l’Administration, cinq d’Elections Cameroon. En plus, des représentants des partis politiques dont les candidats ont pris part à l’élection présidentielle du 7 octobre dernier. Les membres de ladite Commission ont été installés par le président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana, hier 9 octobre 2018 à Yaoundé.

Facebook
Twitter
Follow by Email
RSS