FORUM DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SUR LES QUESTIONS DE CYBERSÉCURITÉ


REPUBLIQUE DU CAMEROUN

Paix – Travail –  Patrie

————

MINISTERE DES POSTES

ET TELECOMMUNICATIONS

————

REPUBLIC OF CAMEROON

Peace – Work – Fatherland

————

MINISTRY OF POSTS AND

TELECOMMUNICATIONS

————

 

 

FORUM DE LA SOCIÉTÉ CIVILE SUR LES QUESTIONS DE CYBERSÉCURITÉ

 Discours D’OUVERTURE DE

Son Excellence

Monsieur René Emmanuel SADI

MINISTRE DE LA COMMUNICATION

Assurant l’intérim

De Madame le Ministre des Postes et Télécommunications

 

 

Yaoundé,

19 Aout  2020

  • The Secretary General of the Ministry of Posts and Telecommunications;
  • The Inspector General;
  • Distinguished Representatives of the Civil Society;
  • Distinguished Experts;
  • Distinguished Guests;
  • Ladies and Gentlemen.

Today we are opening the CIVIL SOCIETY FORUM ON CYBERSECURITY ISSUES, which is taking place within the framework of the National Campaign for the Promotion of the Culture of Cybersecurity and Sensitization on the Responsible Use of Social Media, organized by the Ministry of Posts and Telecommunications, on Very High Prescriptions of the Head of State.

This meeting, which is being held following the National Workshop on the stakes and challenges of cybersecurity in Cameroon, is part of the activities to launch this campaign which is of paramount importance for digital governance in our country.

It is therefore with a keen interest that I take the floor at the opening of this Forum, which provides an opportunity for the Government to exchange with key actors of civil society and the private sector, on the major issues related to cybersecurity and the role that these actors can play together in the fight against cybercrime in Cameroon.

I wish you all a warm welcome here, and I am delighted  with your presence at this forum which attest to your interest in the development of the digital economy in Cameroon, through the promotion and improvement of confidence and digital security, which are key factors for the future growth of the digital economy in our country.

– Distinguished Guests;

– Ladies and Gentlemen.

It is obvious that Information and Communication Technologies have clearly experienced considerable growth in recent years.

As a matter of fact, according to the reference document entitled “Global Digital Statshot” published by the professional agency “WE ARE SOCIAL”, key statistics on social media in 2020 indicate that out of 7.77 billion inhabitants in the world, approximately 4.57 billion are registered as Internet users, i.e. 59% of the world population in January 2020; and that out of these 4.57 billion Internet users, 3.81 billion are registered on social media, i.e. 83% of Internet users using social media on a constant basis, representing 49% of the world’s population.

Of the 3.81 billion active on social media, 3.76 billion access them from their mobile phones, representing a rate of 99%.

This speeding up of digitalization around the world is leading to a significant dematerialization of information systems, an explosion of services in a world that is increasingly interconnected and accessible from anywhere via mobile terminals such as smartphones or tablets, and an accumulation of data from various users.

In this context, examples of cyber-attacks related to digital transformation are increasingly numerous.

Indeed, the risks of security breaches keep increasing, leading society as a whole to rethink its approach to cybersecurity.

In this regard, the International Telecommunication Union, ITU, defines cybersecurity as “the set of tools, policies, security concepts, security mechanisms, guidelines, risk management methods, actions, training, best practices, safeguards and technologies that can be used to protect the cyber environment and the assets of organizations and users.

One of the objectives of digital development is to ease global communication and information exchange so that all users can fully benefit from ICTs.

It therefore appears that security specifications for information and communication systems have not always been a real priority from the outset, so much so that as exchanges multiply through ICTs, risks become increasingly visible, leading to concerns and detrimental impacts at different levels of the economic fabric.

This justifies the need to be able to identify threats, to develop protection strategies, to understand and measure the value of instruments and information enabling users, businesses and organisations to act in a climate of confidence.

The concept of “digital trust” therefore meets a major objective, which is to reduce the uncertainty associated with electronic exchange, while guaranteeing the quality and security of information and data.

As such, digital trust is an essential parameter for ensuring the growth of the new economy.

As far as we are specifically concerned, Cameroon has 7.87 million Internet users out of a population of about 26 million, i.e. a penetration rate of 30% of the global population, for an average rate in Africa estimated at 20%, with 3.70 million users of social networks, i.e. about 14% of the population.

Growing dependency on the Internet creates opportunities for attacks, with governments, businesses, shops and individuals failing to ensure that their online defence capabilities are up to date.

Cybercrime has indeed become a matter of serious concern in Cameroon, both for the state, businesses and individuals, driven by criminals whose motives are unexplained.

Beyond data leakage, hacking of websites, many malicious people succeed in spreading misinformation by posing as governments or powers that be, through fake domain names, fake Facebook accounts and others.

Cybercrime is a phenomenon that today spares no state, no institution, no individual. Cameroon is not spared and is suffering the disastrous consequences of this scourge, both on property and individuals.

There is no way the digital transition process underway in Cameroon could reach its expected cruising speed without the establishment of adequate digital confidence.

Hence the Very High Prescriptions of the Head of State, which concern the implementation, as soon as possible, of an information and citizen awareness campaign on the responsible use of social media.

  • Distingués Invités ;
  • Mesdames et Messieurs.

Le thème de la campagne nationale pour la promotion de la culture de la cybersécurité et la sensibilisation à l’utilisation responsable des réseaux sociaux qui a débuté depuis le 12 Août dernier est : « Tous mobilisés pour la cybersécurité au Cameroun ».

Il s’agit à cet effet, de mobiliser toutes les couches sociétales camerounaises, dans la lutte contre la cybercriminalité, et de manière spécifique :

  • d’éveiller l’attention des citoyens camerounais sur les menaces en provenance du cyberespace mondial et susciter leur adhésion dans la mise en place de mesures de cybersécurité ;
  • d’attirer les regards des décideurs et des responsables des structures de l’Etat et des entreprises vers une prise de conscience plus accentuée sur la nécessité de mettre en place et d’optimiser des protocoles de sécurité des réseaux efficients ;
  • de sensibiliser toutes les couches sociétales sur l’usage responsable des réseaux sociaux qui sont utilisés de plus en plus à des fins malveillantes ; 
  • et au bout du compte, de mettre en place une COALITION NATIONALE pour la promotion de l’utilisation citoyenne des réseaux sociaux.

Après le Point de Presse d’ouverture qui a consacré le démarrage officiel de la campagne, un cycle de rencontres permettant d’atteindre les différentes cibles  a été engagé. Celui-ci s’est ouvert par un Atelier National sur la cybersécurité, regroupant les différents intervenants du secteur public, les 13 et 14 août 2020.

Le présent Forum de la société civile qui regroupe les associations et organisations de la société civile, constitue le deuxième rendez-vous.

Ce cycle d’activités a pris fin avec une  rencontre de sensibilisation des entreprises, qui s’est tenue par visioconférence le 17 août 2020.

Puis suivront :

  • des formations de formateurs et influenceurs, des formations grand public ;
  • des Ateliers de sensibilisation des autorités locales sur la cybersécurité et l’utilisation responsable des réseaux sociaux ;
  • des causeries éducatives sur l’utilisation responsable des réseaux sociaux et sur le cadre légal et réglementaire relatif à la cybersécurité.

Au-delà de ces rencontres et autres réunions professionnelles, les médias de masse seront fortement mis à contribution, avec certains organes spécifiques et  des stations radiodiffusion locales et communautaires, pour des émissions en langues nationales.

Une campagne de distribution de flyers et d’affichage sera également organisée dans les établissements scolaires, les institutions publiques et privées, ainsi que dans les lieux de grande fréquentation.

Ces différentes actions seront naturellement accompagnées d’insertions  de messages de sensibilisation dans la presse écrite et audiovisuelle, dans les médias en ligne et à travers les réseaux de téléphonie mobile.

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’une véritable mobilisation autour des menaces réelles portées par l’univers virtuel, le véritable enjeu ici étant de bâtir, ensemble, une véritable coalition nationale, pour la cybersécurité, en ayant présent à l’esprit que celle-ci prendra en compte aussi bien les contenants, c’est-à-dire les moyens techniques (réseaux informatiques, téléphoniques, satellitaires…) utilisés pour l’échange de données, qui peuvent faire l’objet d’opérations d’infiltration, d’altération, de suspension voire d’interruption, que les contenus eux-mêmes, à savoir l’ensemble des informations qui circulent ou qui sont stockées sur des supports numériques tels que les sites Internet, les bases de données, les messageries ou les communications électroniques et autres transactions dématérialisées.

C’est dire à quel point le Gouvernement est déterminé à s’activer sur ce vaste chantier, en fédérant les intelligences et les compétences nécessaires, et en tirant avantage des énergies et des synergies disponibles.

En toute logique, c’est sous l’impulsion du CHEF DE L’ETAT que les pouvoirs publics, ont élaboré ces stratégies pour adresser la problématique de la cybercriminalité depuis de longues années. Néanmoins, une réactivation de la campagne de sensibilisation des publics s’imposait.

Le Ministère des Postes et télécommunications, en première ligne sur ce front, entend la conduire, en l’intensifiant, sous la coordination et l’autorité de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Dans le monde ultra connecté qui est celui d’aujourd’hui, chaque téléphone, chaque ordinateur, chaque réseau est un point d’entrée potentiel pour une intrusion malveillante.

C’est dans cette optique qu’il s’agira désormais d’impliquer la société civile, en impliquant autant que possible l’essentiel de tous ceux qui utilisent au quotidien les Technologies de l’Information et de la Communication.

  • Distingués Invités ;
  • Mesdames et Messieurs,

La société civile est sans doute l’un des traits les plus marquants de notre époque, à tel point qu’elle est devenue aujourd’hui un acteur incontournable dans le fonctionnement des sociétés contemporaines. Cette nouvelle configuration, est le fruit du travail que les organisations ont mené en matière des droits de l’homme, de promotion du rôle sociopolitique, de développement économique, de lutte contre la pauvreté, somme toute, de promotion des objectifs de développement durable.

Des Organisations de la Société Civile représentatives et crédibles constituent des acteurs essentiels, non seulement de la gouvernance démocratique, mais aussi de la gouvernance numérique. Elles peuvent notamment influencer les politiques de cybersécurité, afin que celles-ci reflètent au mieux les préoccupations sécuritaires de toutes catégories sociales et qu’elles permettent d’informer le public de manière utile sur les questions liées à la cybersécurité, ainsi que sur le rôle et les droits des citoyens.

Il convient cependant de relever que les acteurs de la société civile n’ont pas toujours conscience de l’importance de  leur rôle dans cette problématique, et qu’ils manquent d’outils et parfois de compétences pour s’y investir activement. La conséquence de ce déficit en est que leur potentiel de contribution s’en trouve sous-exploité.

Il importe donc pour l’Etat, dans cette mobilisation pour la cybersécurité au Cameroun, d’engager une démarche associant tous les acteurs, pour intensifier  les efforts afin de créer les conditions permettant de garantir la confiance et la gouvernance numérique du Cameroun, socle de l’émergence d’une économie camerounaise compétitive.

Et c’est la Très Haute Pertinence de l’option prise par SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,  lui qui, dans son message à la Nation, le 31 décembre 2016  disait : (je cite) « Il nous faudra lever ces obstacles pour générer un environnement des affaires sain et attractif, accélérateur du progrès dans notre pays, par un arrimage adéquat aux dynamiques globales. Il est de la responsabilité de la puissance publique d’y veiller. Je vais m’y employer fermement.» (Fin de citation)

C’est dire que l’Etat a pour rôle de veiller à co-construire une régulation adaptée du numérique, plus spécifiquement celle qui garantit la souveraineté numérique et la création de la confiance dans les systèmes d’informations.

L’évènement qui nous rassemble aujourd’hui est la preuve manifeste, j’en suis convaincu, que les acteurs de la société civile, adhèrent à cette volonté de dialogue impulsée par les pouvoirs publics.

Nous le savons tous, la société civile n’est pas une entité homogène, elle est culturellement diversifiée, et comprend un vaste éventail d’opinions divergentes sur la manière d’aborder le développement économique.

 Mais, de même qu’il existe des divergences d’intérêts et d’approches sur certains sujets au sein de la société civile, de même il est possible de trouver parmi de nombreux autres acteurs, d’importants points de convergences.

Et, en  matière de cybersécurité, les problèmes sont communs ; l’impératif étant celui de la confiance dans la sécurité et la confidentialité des infrastructures de communication, pour permettre aux différents acteurs sociaux de mener leurs activités, sans se soucier de la distraction d’argent ou d’informations, ni s’inquiéter de la surveillance électronique.

Les travaux qui s’ouvrent ce jour rentrent à cet effet dans le cadre de la stratégie mise en place par le Gouvernement, pour lutter contre la cybercriminalité et toutes formes de délinquances dans le cyberespace, en vue d’une véritable gouvernance numérique au Cameroun.

  • Monsieur le Secrétaire Général du Ministère des Postes et Télécommunications ;
  • Monsieur l’Inspecteur Général ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentations de la Société Civile ;
  • Mesdames et Messieurs les Experts;
  • Distingués Invités;
  • Mesdames et Messieurs.

Les technologies numériques transforment chaque jour un peu plus qu’avant, l’ensemble de l’économie mondiale. Cependant, beaucoup de pays en développement sont encore privés des bienfaits que leur apporterait le numérique, à savoir notamment une croissance économique durable et inclusive, une meilleure gouvernance et une fourniture plus efficace des services.

Compte tenu de l’important avantage concurrentiel procuré par ces innovations, une transition tardive ou incomplète serait éminemment préjudiciable aux industries, aux particuliers et aux pouvoirs publics.

La transition numérique n’est ni un raccommodage technologique, ni un schéma directeur, ni un épiphénomène et encore moins ni une stratégie unique applicable à tous.

Il s’agit plutôt d’un processus d’apprentissage social durable entre diverses parties prenantes. Son objectif ultime est de mettre à profit la révolution numérique qui s’opère dans le monde afin de répondre aux priorités socio-économiques propres à chaque pays.

Ce processus, qui s’assimile plus à un marathon qu’à un sprint, est porté par l’ambition, le leadership, l’innovation, la diffusion du savoir et la collaboration entre pouvoirs publics, société civile et secteur privé.

Je lance donc un appel aux représentants de la société civile ici présents, afin que nous nous penchions tous ensemble au plus vite sur les problématiques liées aux menaces cybernétiques de tous ordres et que d’ores et déjà, nous anticipions sur celles liées à l’avancée rapide du monde du numérique, avec ses avantages et aussi ses défis à relever.

Au sortir de nos travaux, nous devrons être à même d’identifier les leviers d’intervention essentiels qui devraient être activés par la société civile, pour garantir un environnement qui favorise l’intégrité des activités menées au sein de notre cyberespace.

Je compte sur votre capacité à formuler des recommandations pertinentes à ce sujet.

Au regard des compétences, de la disponibilité de tous les participants et de notre volonté commune d’impulser le développement de notre secteur, je reste convaincu que nous y parviendrons.

Aussi, j’invite tous les participants à s’impliquer pleinement dans les travaux, afin de tirer le meilleur parti de cette concertation.

C’est sur cette exhortation, que je déclare ouvert le Forum de la Société Civile sur les Questions de Cybersécurité au Cameroun.

Je vous remercie de votre aimable attention. /-

 

Reportage

Le Ministre de la Communication avec les hommes des média

Quelques images

Facebook
Twitter
Follow by Email
RSS