Journée Mondiale de la Liberté de la Presse 2021

COMMENT TRANSFORMER LES ORGANES DE PRESSE EN ENTREPRISES VIABLES ET PROFESSIONNELLES

Le Ministre de la Communication a saisi l’opportunité de cette célébration pour adresser les préoccupations dominantes du secteur des médias au Cameroun.

Cette année, contrairement aux années antérieures, les restrictions sanitaires dues au Covid-19 ont imposé une célébration de la Journée du 3 mai 2021 tout en sobriété. Au menu, juste le strict minimum pour aller droit à l’essentiel, à savoir une allocution solanelle de M. René Emmanuel SADI, Ministre de la Communication à l’endroit de la Presse, dans l’auditorium du Ministère de la Communication à Yaoundé.

Le discours prononcé ce lundi marquait la commémoration du 30e anniversaire de la Déclaration de Windhoëk, que le Cameroun a ratifié le 03 mai 1991, en même temps que la Communauté Internationale, sous l’égide de l’UNESCO. Mais le porte-parole du Gouvernement n’a pas manqué de rappeler que dès le 19 Décembre 1990, le pays s’était déjà doté d’une loi établissant la liberté de Communication Sociale. Aujourd’hui, le paysage médiatique Camerounais est riche de plus de 600 titres de journaux paraissant régulièrement, une centaine de radios, une trentaine de chaînes de télévision et un foisonnement de médias en ligne.

Pour autant, la réalité sur le terrain reste marquée par de sérieuses fautes professionnelles, notamment la diffamation, la montée des discours de haine, et la publication de fausses nouvelles. Sur un autre registre, le Ministre de la Communication a reconnu pour le regretter, que beaucoup d’entreprises de presse sont de véritables gouffres financiers, à cause des coûts d’exploitation élevés et de l’étroitesse du marché publicitaire. Toutes choses qui contribuent à raréfier les salaires des professionnels de la Presse, à fragiliser considérablement le secteur, à ouvrir la porte à l’instrumentalisation des médias et diverses dérives.

Une responsabilité partagée

Pour ce qui est du devoir des journalistes et professionnels des médias, le Ministre René Emmanuel SADI a insisté sur le fait que, “ériger la préservation des intérêts de la nation n’est pas incompatible avec la liberté et l’indépendance du journaliste.” Il a donc vivement encouragé les médias locaux à toujours vérifier leurs sources d’information de façon rigoureuse, à se réapproprier les règles d’éthique et de déontologie de la profession, à s’auto-réguler sans attendre des actions judiciaires.

Par ailleurs, le Ministre de la Communication a annoncé envisager, d’une part, des partenariats public-privés dans le secteur des arts graphiques et des Transports Postaux dans l’espoir de réduire les coûts de production et de distribution de la Presse Écrite. Il a d’autre part annoncé la poursuite du plaidoyer en faveur de l’augmentation de la taille de l’enveloppe d’appui dévolue aux médias à capitaux privés, sous forme de ____ d’affectation dans la limite des disponibilités budgétaires de l’Etat.

A la fin de son allocution, et faisant suite à une audience à eux accordée par le patron de la Communication, le Réseau des Patrons de Presse du Cameroun (REPAC) a remis à Monsieur SADI un mémorandum portant toutes les aspirations et sollicitations des médias. Document qui sera méticuleusement examiné au sein d’une commission “MINCOM-REPAC” en vue de trouver des solutions aux problèmes structurels existants dans le milieu de la Presse nationale, et participer ainsi à l’édification d’une Presse forte et professionnelle au Cameroun.

 

David Marcel EKEME

Facebook
Twitter
Follow by Email
RSS